Bonjour bonjour tout le monde ! 

Aujourd’hui, je suis un petit peu en retard mais j’ai une EXCELLENTE raison à cela ! Je me devais de trouver des branches en bois et des petits œufs en chocolat emballés afin de terminer ce nouveau tutoriel concocté par mes soins juste à temps pour que vous puissiez réaliser cet arbre de Pâques ! 

Moui… j’ai bien sentit le peu d’emballement qu’a suscité le tutoriel à réaliser avec les enfants publié il y a peu. (Ben alors, c’était si moche que ça ou vous n’avez pas envie de patouiller avec es enfants ?) Alors, j’ai négligé la fabrication de nouveaux bijoux pour vous préparer ce tuto amusant et tellement archi simple que c’en est presque déconcertant. Le seul impératif est de posséder (ou d’emprunter à une copine) un clay gun (= pistolet extruder pour la pâte polymère)

Vous êtes prêts ? Alors c’est parti ! 

Matériel requis :

  • Pâtes polymères des couleurs de votre choix (ici, turquoise, vert pomme, blanc, oranges)
  • Clay gun
  • Disque « spaghettis » (12 trous) pour le clay gun
  • Supports de cuisson arrondis. (Ici, supports maison réalisés avec des ampoules usées fixées sur de la pâte beurk (= pâte scrap))
  • Papier sulfurisé
  • Outil de lissage
  • 2 Petits emporte-pièces ronds (facultatifs)
  • Carreau de carrelage lisse (pour la cuisson)
  • Rubans ou fils de couleurs
  • Branches d’arbustes avec ramifications
  • vase


Réalisation des petits bols. 

(Oui, parce que vous ne l’avez pas vu sur la première photo, mais il y AUSSI des mignons petits bols posés sur la table…)

Photos  1 et 2 : Une fois vos couleurs choisies, modelez-les en boudins d’un diamètre plus petit que celui de votre clay gun. Coupez des tronçons et assemblez-les comme sur la photo 2.

Photos 3 et 4 : Insérez le tout dans le tube de clay gun sur lequel vous montez le disque « spaghettis ».

Photo 5 : Tournez la manivelle de votre clay gun jusqu’à faire sortir l’intégralité de la pâte sur votre plan de travail.

Photos 6, 7, 8 et 9 : Saisissez un premier spaghetti et roulez-le en une petite spirale très serrée. Arrêtez-vous à une spirale d’un diamètre de moins de 2 cm et lissez la légèrement afin qu’elle ne se défasse pas tandis que vous la manipulerez pour aller la poser sur le support-ampoule comme sur la photo 8. Utilisez au moins 3 spaghettis pour recouvrir une bonne surface de votre support mais ATTENTION, n’allez pas jusque en bas de la sphère de l’ampoule car vous ne parviendrez pas à l’en décoller après la cuisson. 

Photos 10 et 11 : À l’aide votre paume et de vos doigts, appuyez doucement sur l’ensemble du petit bol formé afin de souder les spaghettis les uns aux autres. Ajoutez un petit disque de pâte de la plus grosse épaisseur de votre MAP afin de constituer le pied. (astuce : une fois  le disque placé, retournez le petit bol sur la table comme il sera une fois la cuisson achevée afin qu’il soit bien droit et stable)


Réalisation des nids.

Photo 12 : Préparez-vous de nouveau un tas de spaghettis colorés.

Photos 13 et 14 : Commencez par former une petite spirale serrée sur le dessus de votre ampoule et élargissez rapidement la spirale jusqu’à utiliser l’ensemble du spaghetti. Cette première étape vous montre les dimensions finales de votre nid. 

Photos 15, 16, 17 et 18 : Saisissez les spaghettis suivants en commençant toujours par en fixer la première extrémité à un autre spaghetti. Croisez les fils autant que vous voulez afin de recouvrir la plus grande surface de votre ampoule mais SURTOUT assurez-vous bien d’appuyer le spaghetti que vous être en train de manipuler à CHAQUE intersection qu’il rencontre afin que l’ensemble de la structure se tienne correctement une fois que vous la séparerez de son support de cuisson. 


Réalisation des disques de décoration : 

Photos 19, 20, 21, 22 et 23 : Préparez-vous de nouveau des fils de couleurs et commencez à monter une spirale serrée autour d’un petit disque de la même couleur que l’extrémité du premier spaghetti utilisé. En fonction de la taille que vous cherchez à atteindre, utilisez 1, 2 ou 3 spaghettis. 

Photos 24, 25, 26 et 27 : Prenez un petit morceau de papier sulfurisé et lissez correctement la spirale achevée. Décollez la feuille du DESSOUS et venez placer votre disque sur un carreau de carrelage lisse. Faites bien adhérer et retirez le papier du DESSUS. À l’aide d’un petit emporte-pièce rond, vous pouvez découper le passage du ruban. Retirez le disque découpé en utilisant un cure-dent. 

Et voilà !!! Tous vos éléments sont prêts ! 

Après la cuisson (une trentaine de minutes à 110 °C environ : consultez les recommandations du fabricant sur le plastique d’emballage de votre pâte), munissez-vous d’un torchon pour ne pas vous brûler et ôter immédiatement les bols et les nids de leurs supports. Surtout N’ATTENDEZ PAS que la pâte ait refroidi car vous avez besoin que les fils des nids soient encore un peu souples afin de parvenir à les détacher correctement de leur ampoule.

Il ne vous reste plus qu’à les attacher comme vous voulez à des branches d’arbustes (et essayez d’en trouver des plus jolies que moi parce que je n’avais pas grand choix autour de ma maison…) et de décorer votre table.

Les petits nids peuvent être posés sur la table parmi les petits bols ou être suspendus avec les disques colorés.

Prenez une belle photo et montrez-la-moi ! 

 

Qu’est-ce que vous en pensez ? C’est facile, non ? 

Amusez-vous bien et passez de très joyeuses Pâques ! 

À tout bientôt ! 

Marie-Charlotte C.

Bonjour chers Vous !

J’espère que cette semaine empreinte de doux prémices printaniers s’est bien déroulée pour vous et que vous vous apprêtez à passer un tout aussi bon week end.

En ce qui me concerne, ces nouvelles journées dépourvues d’humidité m’ont fait renouer avec l’attrayante activité du… parc. N’y voyez pas là une mauvaise foi de mère, il est toujours très amusant d’aider son bambin à conquérir un nouveau toboggan, de le contempler tandis qu’il prépare une fabuleuse salade de cailloux ou de le déchausser pour la vingt-cinquième fois de l’heure afin d’enlever de son soulier incroyablement poreux « un cruc qui fait mal ». Toutefois, et je suis sûre que les mamans qui me lisent ici ne me contrediront pas (toutes) il arrive parfois qu’on trouve le temps un peu (beaucoup) long et qu’on regrette sincèrement de ne pas avoir de copine-maman assise sur le banc à côté de nous ou de copine tout court, d’ailleurs.

« – Ben oui mais elles travaillent, les autres.

-Ben et alors, moi aussi je travaille non ?

 – ben oui mais toi, c’est pas pareil…

– Ah bon ? Et comment est-ce qu’on appelle ça lorsqu’on essaie de faire fonctionner une entreprise individuelle de créations, de vente et d’ateliers ?

– Ben oui, non mais  faut pas le prendre comme ça… toi, si tu veux, tu peux décider de ne pas travailler une journée si t’en n’a pas envie.

– Oui, c’est vrai, d‘ailleurs je peux tout aussi bien décider d’arrêter de manger, aussi… de toute façon, ça me prenait un temps fou.

– Rôôô… mais tu vois ce que je veux dire. »

Oui, je vois. Un peu trop même. Sauf que dans ces cas-là, les journées où on ne travaille pas ne sont pas choisies mais subies. Et il y a véritablement une quantité effroyable de choses qui peuvent vous faire sauter le temps créatif dont vous auriez aimé disposer pour construire correctement vos projets. Ben oui, c’est normal, c’est ce qui va avec l’avantage d’avoir autant de souplesse dans ses disponibilités. C’est vrai que quand petit chat est malade, je ne me pose pas la question et je le garde avec moi et ça, c’est un vrai plus. Seulement en ce moment, c’est sa nounou qui est malade et comme j’exerce ce fabuleux métier aussi souple qu’un roseau, j’ai déserté mon espace de travail  pour remettre ma casquette de maman à temps plein.

Voilà, tout ce récit pour justifier le peu de pièces que j’ai pu réaliser cette quinzaine. (Et oui…)

Heureusement, petit chat a pu passer un petit peu de temps chez papi et mamie ( MERCI ! ) et de mon côté j’ai pu patouiller une journée et mettre en place une nouvelle expo.

J’ai donc le plaisir de vous annoncer un nouveau point de ventes des dernières créations de La Perle Rouge à Arbois, dans la boutique de chaussures Aux Pieds des vignes (70 grande rue 39600 ARBOIS).

( Est-il utile de préciser que rien que l’idée d’exposer dans la boutique de quelqu’un qui aime autant les jeux de mots que moi me fait plaisir ? Non, ne répondez pas, c’est rhétorique. )

J’avais pris quelques clichés des pièces en installation dans la  vitrine mais étant donné que les données de mon ordinateurs sont aussi bien rangées que mes vêtements dans mon armoire, vous êtes obligés de vous rendre sur place dans le magasin d’Aurélie pour voir de quoi il retourne. (hi hi)

Durant l’autre journée de libre, j’ai fabriqué trois nouvelles parures toupies dans des tons qui m’ont été commandés. Je ne travaille jamais mais alors JAMAIS les marrons, et je dois bien reconnaître qu’après avoir terminé ces pièces, je me demande bien pourquoi parce que le rendu me plait beaucoup. (merci Isabelle !)

Trois pièces pour trois tailles de perles. 

Le petit : 

Le moyen : 

Et le gros : 

Et bien sûr, les boucles d’oreilles montées sur argent qui les accompagnent : 

Et pour finir, j’avais commencé ( pfff, ça me fait toujours rire ce genre de paradoxe langagier ) une recherche avec le translucide mais pour l’instant, mes essais se sont stoppés… au premier. 

Retour sur mes colliers « triangles sur tranches » ( Moui… toujours pas trouvé de titre… dès que je demande à quelqu’un à quoi est-ce qu’il pense si je lui dit « triangle », après les pyramides j’obtiens une réponse en rapport avec le fromage ou les club-sandwichs…) 

Voilà… Il est bien tard tandis que termine ces lignes alors je ne vais pas m’éterniser et je vais vous poster ce article afin que vous puissiez lire tout ça durant votre pause du jeudi ! 

La semaine prochaine j’aurai des choses à vous montrer puisque ce samedi a lieu mon deuxième atelier autour des perles creuses. 

D’ailleurs, il reste une ou deux places. 

Passez une bonne fin de semaine ! 

Bises ! 

MC

PS : Désolée pour les titres pourris que je vous sers en ce moment, à ces heures tardives je n’ai pas l’once d’un iota d’un début d’inspiration… 

Bonjour tout le monde ! 

Parce que je sais que vous êtes tous incroyablement bien organisés et prévoyants… et parce que je sais aussi que cela ne dure jamais tout un mois ( muhaha ), cette année, je m’y suis prise bien à l’heure pour vous préparer un tuto de Pâques que vous pourrez prendre le temps de réaliser tranquillement d’ici la mi-avril. 

Ce tutoriel est spécialement destiné aux tout-débutants et ne demande que très peu de temps de fabrication pour un minimum de matériel. Il est idéal à réaliser avec des enfants. La machine elle-même n’est pas obligatoire si vous avez un bon rouleau et les poignets qui vont avec.

Je vous montre ? 

Allez, c’est parti ! 

Liste du matériel :

  • Pâtes polymères des couleurs de votre choix. (Ici, jaune, blanc, turquoise clair et deux toutes petites crottes de noir pour les yeux)
  • Machine à pâte (ou rouleau !)
  • 2 emporte-pièces ronds (diamètres 3 et 4 cm)
  • 1 emporte-pièce amande d’une longueur de 5 cm (ou un grand rond)
  • 1 emporte-pièce carré (si vous désirez réaliser la seconde forme de coquille)
  • Une lame zig-zag
  • Un petit rectangle de papier Canson (5,5 cm x 3,5 cm)
  • Papier sulfurisé
  • Un outil de lissage (type outil de modelage)

.

Photos 1 et 2 : Réalisez la coquille du poussin dans les tons de votre choix. Pour cela, découpez deux ronds à l’emporte-pièce (diamètre 4 cm) dans une plaque obtenue à la machine à pâte (MAP) au cran 4. (Si vous ne possédez qu’un rouleau, travaillez votre pâte afin d’obtenir une plaque d’une épaisseur de 2 mm maximum.) Découpez les chapeaux à l’aide d’une lame zig-zag (appelée parfois lame dentelée ou lame striée).


Photos 3, 4 et 5 : Préparez le corps du poussin à l’aide d’un emporte-pièce rond de 3 cm de diamètre et d’un emporte-pièce en amande de 5 cm de long (si vous n’en possédez pas, utilisez un grand emporte-pièce rond afin de découper votre amande en deux fois). Découpez vos formes dans une plaque de jaune de la plus grande épaisseur de votre machine à pâte (2 à 3 mm pour les rouleaux) comme sur les photos.


Photos 6 et 7 : Assemblez les deux éléments du poussin comme sur la photo 6 et lissez la jonction en utilisant un outil de lissage à travers une feuille de papier sulfurisé.


Photo 8 : Placez la coquille du fond correctement par rapport à la taille de votre poussin et déposez le dit poussin dessus.


Photo 9 : Déposez à son tour la seconde coquille « chapeau » et venez placer le carton qui recevra le nom de votre convive en laissant bien de la pâte visible en bas. Le morceau de papier Canson découpé mesure ici, 5,5 cm de long sur 3,5 cm de large.


Photo 10 : Déposez le dernier morceau de coquille et lissez les deux morceaux de coquille visibles toujours à travers un morceau de papier sulfurisé afin de souder ensemble les éléments.


Photo 11 : Ajoutez enfin les yeux simplement réalisés avec deux petites boules blanches aplaties au doigt et deux mini-boules noires.


VARIANTE DE LA COQUILLE :

Si Vous désirez réaliser une coquille un petit peu plus réaliste, procédez comme suit :

Photos 1, 2 et 3 : Découpez 4 disques à l’emporte-pièce de 4 cm de diamètre. Munissez-vous d’un emporte-pièce carré ou de toute autre forme possédant un angle de découpe à peu près droit et découpez la cassure de votre coquille comme bon vous semble sur le premier de vos 4 disques.


Photo 4 et 5 : Déposez votre forme sur un deuxième disque et répétez l’opération afin d’obtenir exactement le même découpage.


Photos 6 et 7 : Tracez le contour de vos zig-zag sur un troisième disque à l’aide d’une aiguille puis retirez doucement le modèle et découpez l’autre moitié de la coquille.


Photos 8 et 9 : Répétez la même opération que pour les photos 4 et 5 et obtenez enfin deux coquilles identiquement découpées. 


Cuisez vos poussin avec le papier Canson ou bristol afin que les deux surface de pâte polymère ne se collent pas entre elle. ( Pour celles et ceux qui craignent cette étape, non, le papier ne brûlera pas durant la cuisson, soyez rassurés )

Et voilà ! 

N’hésitez pas à modifier la taille du corps de votre poussin en fonction de la taille du carton que vous voulez placer et bien sûr, laissez parler toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ! 

Ainsi que je l’ai dit, une petite déco simplement rigolote à ne pas hésiter à réaliser en famille durant les prochains weekends de pluie (bouhou…). 

Si vous êtes sages (enfin… surtout si je suis inspirée…) vous aurez peut-être droit à un tutoriel pour les petites mains un petit peu plus expérimentées dans la quinzaine à venir… ( ouh là, je me lance de ces challenges, moi ! )

En attendant, prenez soin de vous et à jeudi prochain ! 

Bises ! 

MC

 

Bonjour chers Vous ! 

Bon… je vais être parfaitement honnête avec vous, il y a une quinzaine de minutes à peine, j’hésitais encore entre d’une part adopter une posture mamie-chaud-doudou bien calée dans mon canapé… voire même dans mon lit à combattre les méchants microbes qui semblent ne pas vouloir me lâcher tant que le printemps ne sera pas officiellement arrivé et d’autre part maintenir le rythme de publication auquel je suis attachée depuis le début de mon élan créatif de 2017.

Comme vous pouvez le constater puisque vous lisez ces lignes AVANT le week end, j’ai fièrement combattu ma démotivation pour m’asseoir derrière mon clavier et me lancer dans cette rédaction ( Oh pauv’chonchon… trop dure, ta vie ! ). Toutefois, mes lignes risquent de se révéler particulièrement avares en traits d’esprit ou d’humour (oui, parce que d’habitude, c’est le prix Nobel à chaque fois ! )

Donc, avant de me perdre définitivement dans les méandres d’une tergiversation déjà bien assez conséquente ( À tes souhaits ),  je me lance dans la présentation des créations hebdomadaires. 

Pour commencer, samedi dernier a eu lieu le premier atelier de 2017 de La Perle Rouge et il avait pour thème le Hidden Magic à ma façon.

Comme vous pouvez le constater sur les images suivantes, les filles ont vraiment bien bossé ! 

img_7350

atelier-hidden

Et pour ma part, voici les premières pièces réalisées à parti de la plaque que je leur ai présentée en démonstration durant la séance : 

img_7560

img_7562

img_7605

J’ai poursuivi mon travail sur les toupies en décidant d’alléger un peu le collier de la semaine passée en diminuant le nombre de perles polymère dans une variation en violet et vert : 

img_7401

img_7437

img_7421

img_7405

Je les aime assez, ils permettent plus d’originalités dans les groupements de perles. Sans compter que le nombre réduit de toupies m’économise un peu les avant-bras et vu le peu de temps de fabrication que je suis parvenue à dégager ces derniers jours, ça n’était pas du luxe. 

Car en effet, mardi et mercredi, c’était au tour des Ateliers de la Caravelle d’effectuer des séances d’atelier mais cette fois avec des enfants de 6 à 11 ans. Plus de 18 pochettes peintes, fimotées et cousues ont été réalisées durant ces deux jours et je vous en montrerai peut-être prochainement les photos. Encore une excellente expérience qui nous a permis de consolider notre optimisation organisationnelle ! ( Aoutch ! )

D’ailleurs au sujet des Ateliers de la Caravelle, voici le film de la journée créative du sac du 18 février dernier, de quoi vous donner envie pour les prochaines dates sur lesquelles nous communiquerons ! 

À partager sans modération !!! 

Je poursuis avec quelque chose que je n’avais pas fait depuis longtemps, un mobile ! 

Ce prototype s’inspire directement des boules de Noël en papier et j’en suis relativement satisfaite.

J’ai testé des volumes différents afin d’appréhender plusieurs poids et plusieurs tailles lors de la cuisson puis lors du montage et j’en ai tiré quelques bonnes idées pour la suite. 

Pas de prise de risque pour les couleurs, un arc-en-ciel approximatif qui s’enchaîne sur 6 faces. 

Je vous montre : 

img_7451

img_7454

img_7458

Qu’en pensez-vous ? 

Pour ma part, je trouve que j’aurais pu me dispenser de surcharger l’ensemble avec les perles suspendues qui apportent un effet « lustre » qui alourdit vraiment la structure. 

Et enfin, pour les dernières pièces de la semaine, je suis restée sur mes simples perles ajourées que j’ai montées en sautoirs : (chose qui fait actuellement cruellement défaut dans mon stock). 

img_7529

img_7539

Et voilà… l’heure est venue de trouver un titre à cet article et d’aller faire chauffer ma bouillotte et mon inhalateur ( je plaisantais pas lorsque je parlais de mode « mamie-chaud-doudou » ) dans une tentative désespérée de déboucher mes sinus encombrés… 

Donc je m’arrête ici et je vous souhaite une bode duit, une bode jourdée ainsi qu’un excellent week ed et je vous dis à la sebaine prochaide ! ( Estimez-vous heureux… j’aurais pu rédiger l’intégralité de l »‘article de cette façon ! ) 

Bises ! 

MC

PS : Ah oui au fait  !

J’ai enfin réalisé une petite plaque polymère pour trouver plus facilement ma sonnette et ne plus craindre de débarquer chez mes voisins… maintenant, il ne reste plus qu’à… l’accrocher au mur… 

img_7398-copie

 

 

 

 

Bonjour tout le monde ! 

C’est à peine sortie de mon atelier que j’entame la rédaction de cet article. 

J’ai les mains quelque peu crispées par la manipulation des pinces, la peau des doigts douce comme un bébé à cause des ponçages successifs et une légère douleur aux cervicales à cause des montages à la chaîne mais je suis satisfaite, et ça, c’est un confort qui rattrape tout le reste. 

Et oui, je suis parvenue, ces jours-ci encore à maintenir le rythme de fabrication de la semaine passée et j’ai autant de pièces à vous présenter que dans le dernier article c’est pourquoi je m’y atèle sans tarder. 

Le soleil ayant fait son timide durant la période où je pouvais prendre mes clichés et mon appareil photo n’ayant toujours pas été emmené chez un professionnel afin de le remettre sur pied… sans jeu de mots… j’ai du effectuer ma séance de prise d’images en intérieur et la qualité des photos s’en ressent tout de suite. Vous m’en voyez désolée mais croyez bien que ceci n’est pas une excuse pour le cas où mes créations vous paraîtrait fades. 

Pour commencer, voici quelques colliers dans l’esprits et les coloris des colliers-pétales de la semaine dernière. 

Une première pièce aux 7 pétales : 

img_7201

img_7199

Une deuxième version aux pétales plus nombreux et au dégradé de couleur qui me plait davantage : 

img_7178

img_7175

Une troisième pièce en testant une forme plus « pétale » que « feuille » mais qui me convainc moins car plus capricieuse à monter comme je le voulais : 

img_7172

Pour le dernier collier de cette série, les pétales se sont effacés devant des petites lunes dodues : 

img_7228

Quelques boucles assorties : 

img_7263

Et enfin, pour clôturer cette série trois petits bracelets : 

img_7249

Après tout ça, j’ai regardé d’un œil relativement satisfait les plateaux de ma mallette qui étaient, je vous le rappelle, intégralement vides il y a quinze jours et qui commençaient doucement à se remplir de nouvelles couleurs et je me suis exclamée  : « FICHTRE ! Mais où sont donc passés les torques signatures de la Perle Rouge ? » ou quelque chose dans le genre… parce que pour être honnête, j’ai beau être parfois un peu cérébralement éparpillée, je ne me parle pas encore à moi-même à la troisième personne. 

En tout cas, j’avais envie de réaliser des nouveaux torques mais je n’étais pas spécialement inspirée à l’idée d’exploiter de nouveau mes canes kaléidoscope (DAMNED ! Serait-ce le début d’un tragique désamour ?!?).

Les couleurs des créations de la semaine passées me plaisent toujours et j’avais envie de repartir dans la réalisation de trous-trous de grosse dentelle comme je le fais régulièrement alors je me suis appliquée à marier tout ça ensemble et voici les quatre colliers torques qui en sont sortis : 

img_7158

img_7162

img_7243

img_7245

Je les aime vraiment beaucoup. 

Voici les boucles qui les accompagnent ; pour une fois, il s’agit d’uni : 

img_7282

Et enfin, pour clôturer cette semaine, je ne pouvais m’empêcher de réaliser mes petites toupies, mes perles favorites du moment. 

Et bien… j’ai la tête qui tourne un peu.

Je voulais obtenir un collier uniquement constitué de ces perles jusqu’au fermoir et je l’ai fait… sauf qu’il était un chouïa court et que j’ai du le démonter intégralement pour ajouter des petites perles qui ont cassé la ligne générale de ma pièce. 

Cela étant dit, j’aime vraiment beaucoup le contact et le rendu de ce collier tout simple : 

img_7330

img_7307

img_7340

On ne dirait pas comme ça, je trouve, mais il y a tout de même 66 perles tournées… N’y voyez aucune allusion semi-sataniques… j’aurais pu en avoir plus mais j’ai voulu faire les boucles… et maintenant que j’écris ça, je me dis que j’aurais pu faire mon collier complet en utilisant ces perles… mais bon. 

img_7327

img_7336

Et voilà pour les bijoux. 

Et oui, vous avez bien lu « pour les bijoux » car comme je vous en faisais part jeudi dernier, Les Ateliers de la Caravelle dont je fais partie ont effectué leur toute première journée création de sacs et je suis plus que fière de vous montrer les réalisations des filles !!!! 

Parties des matières brutes que sont le jean, la peinture et la pâte polymère, ces débutantes sont, durant toute la journée, tour à tour passées entre les mains de Urwana, de Stéphanie et de moi-même afin de créer leur propre sac de A à Z : 

unnamed-7

unnamed-3

unnamed-4

unnamed-5

unnamed-1

unnamed-6

Et……………………………………………………………………voilà le résultat : 

unnamed-2

unnamed-8

Conséquence logique du retard de communication de notre part autour de cette journée créative, les participantes étaient peu nombreuses, cela dit, cela nous a permis d’ajuster notre manière de faire et également, de tester nos prototypes, enfin, pour moi, en tout cas.

Du coup, je suis très contente d’avoir cousu mon premier bouton (sans commentaire) et d’avoir enfin approché une machine à coudre car maintenant, je vais pouvoir faire la promotion de ces journées dans mon propre atelier grâce à mon super sac : 

img_7346

Oui, je sais, il y a peu de pâte polymère mais pour être franche, ça n’était pas l’atelier que j’étais le plus pressée de tester ! (hi hi).

Voilààààààààààààààà… je suis enfin parvenue au bout de cet article et je vais enfin pouvoir me reculer dans mon siège pour regarder… le générique de fin de mon émission… tant pis. Je m’y prendrai plus tôt la semaine prochaine… 

Allez, passez toutes et tous un excellent week end ! 

Pour ma part, il s’agira du premier atelier de La Perle Rouge de l’année. Il concerne ma façon de faire le hidden magic et il reste une petite place. 

Moi, je vais me reposer… jusqu’à demain ! 

Prenez soin de vous ! 

Bises

MC

Bonjour, bonjour, chers Vous ! 

Aujourd’hui, je m’abstiendrai de m’éterniser sur une trop longue (même si parfois désopilante) introduction météorologique car j’ai bien travaillé cette semaine, et j’ai pléthore de pièces à vous montrer. 

Après la mise en place de mon exposition-vente à Nozeroy la semaine passée, je vous avais fait part du profond « rien » qui peuplait désormais ma mallette de bijoux. Et quand, je dis « rien », ça n’est pas un effet de style, quand je dis « rien », c’est « nada, peau-de-balle, néant, walou, que tchi, que dalle, zéro »… j’en passe et sans doute des meilleurs. 

Et oui, heureuse, partis-je au matin de cette journée

et brequouille revins-je de la commune fortifiée…

( Quoi ?!? mon correcteur orthographique ne connaît pas « brequouille » ? Diantre ! Pas au point, ces machines. ) 

De quoi me motiver, donc, à me lancer dans quelques semaines de fabrications intensives.

Comme vous vous en doutez, vitesse de production ne rime pas avec expérimentation… enfin, si, pour le coup ça rime, d’un point de vue formel tout du moins mais enfin… ça ne va pas de paire, quoi… enfin vous m’avez comprise. Cette bafouille pour vous dire que les nouveautés de ces pièces résident plus dans le choix de leurs couleurs que dans leur concept. 

Mais assez parlé, laissez-moi vous présenter ce que le soleil de février m’a inspiré ces derniers jours. 

Commençons par une série printanière vitaminée dont vous allez vite reconnaître le style de mes colliers fleuris : 

img_7030

Des fleurs, du orange et du peps… ça sent que j’en ai assez de l’hiver, ou bien ? 

Les pièces en détails : 

img_6983

img_6985

img_6990

Deux bracelets breloques les accompagnent :

img_7002

Et enfin les boucles viennent achever le tableau : 

img_7039

img_7052

img_7045

Viennent ensuite deux colliers « pastilles » toujours dans le même principe, mais aux couleurs plus automnales pour… disons une transition plus douce vers le soleil ? 

img_7119

img_7081

Et non, je n’ai tout de même pas laissé mes toupies de côté ! 

img_7061

Les deux voisins dans des tons plus tranchés : 

img_7102

Et enfin, la dernière série (ma préférée, bien sûr !), avec une nouvelle palette pour moi, également : 

img_7148

img_7137

J’adore cette petite fleur jaune qui vient souligner la perle jaune d’à côté. 

img_7123

Une préférence, pour ma part, pour le collier de gauche aux pétales découpés. Et vous ? 

Un petit bracelet qui va bien avec les perles qui restent des montages : 

img_7139

Et enfin les boucles qui vont avec tout ça : 

img_7093

img_7065

img_7072

img_7085

Ah ah ! Oui, je sais, la dernière paire de boucles n’a rien à faire ici mais je l’ai montée cette semaine alors je n’allais tout de même pas la priver de publicité sous prétexte qu’elle n’arbore pas les mêmes teintes que les autres, non ? 

Voilà ! Je ne vous avais pas menti lorsque je vous disais que j’avais pas chômé. Le plus dur, à présent, va être de maintenir ce rythme durant quelques semaines afin de me constituer un beau stock tout frais tout beau pour les expositions à venir. 

Je vous laisse ici. 

Tâchez de passer un chouette week end ! 

À jeudi prochain ! 

MC

Bonjour tout le monde ! 

Alors soyez tout de suite rassurés quant au titre de cet article, il est absolument hors de question d’évoquer ici quelque turpitude socio-économique, angoissante information planétaire ou tout autre nouvelle nauséabonde qui peuplent la déconcertante actualité de la presse, non.

Lorsque je parle d’actualités, je parle bien sûr de celles de La Perle Rouge ! 

Car oui, il se passe des choses et pas seulement à l’intérieur du bordel créatif de mon atelier… ni de celui de ma tête, d’ailleurs.  

Tout d’abord, je suis très heureuse de vous annoncer que mes bijoux ont été déposés cette semaine dans la boutique des artisans créateurs jurassiens qui se trouve sur la jolie petite commune médiévale fortifiée de Nozeroy (39250) et ce pour toute l’année à venir ! Alors n’hésitez pas à marier les plaisirs d’une ballade dans le coin avec un passage dans cette boutique ou plus de 15 artisans exposent leur travail. (Ouaouh, c’est bien, comme pub, ça, non ? )

img_6916

J’y ai été chaleureusement accueillie par Laurence qui m’ a aidé à installer mes pièces dans un espace de trois tables avec même une vitrine : 

img_6909

img_6910

img_6913

img_6918

Vous retrouverez toutes les informations sur les ouvertures du magasin ici

Autant vous dire tout de suite que… JE N’AI PLUS RIEN !!!!! 

Et oui… n’ayant pu fabriquer avant Noël, autant qu’il aurait fallu, mon stock se trouva fort dépourvu lorsque février fut venu. 

Me voici donc transformée en lutin pour les semaines à venir. 

Mes pièces sont, pour l’instant, principalement en ponçage mais j’ai tout de même deux parures « plastron-toupies » (je cherche toujours… pas convaincue par toupistron…) à vous montrer : 

img_6952

Et oui, il fallait bien que j’en fasse une version en noir, gris, blanc et rouge ! 

img_6963

img_6922

Les perles y sont plus petites que sur les précédents. 

img_6946

 L’autre actualité importante dont je voulais vous faire part est surtout adressée aux lecteurs résidant autour de mon chouette Jura puisque notre association des Ateliers de La Caravelle (dont je vous avais parlé l’automne dernier) propose une MÉGA JOURNÉE de triple création le SAMEDI 18 FÉVRIER sur Lons le Saunier ! (Maison Commune de la Marjorie, espace des Mouillères) 

Oui je sais, on s’y prend extrêmement « tôt » pour communiquer là-dessus mais je suis sûre que vous rêviez de vous échapper le premier samedi des vacances et Les Ateliers de La Caravelle l’ont fait pour vous ! (ouh… ça déteint, ces ambiances de campagne électorale… chuuuut ! on a dit aucune allusion à l’actualité !)

Venez, courez, hâtez-vous de vous inscrire afin de créer de A à Z votre sac personnalisé.

On commence par un atelier peinture encadré par Urwana Debouclans, puis on fabrique décors et boutons en pâte polymère avec votre serviteur… teuse… trice (? Ce pourrait-il que ce terme n’ait pas lieu d’être au féminin ? Muhaha !) en utilisant plusieurs techniques selon l’aisance de chacune et enfin, on procède au montage du tout avec la couturière Stéphanie Prudent

18-fevrier

Pour 60 euros la journée, l’intégralité du matériel est fourni. Toutefois, il préférable de se munir d’une machine à coudre si possible. 

Vous pouvez procéder à l’inscription par FaceBook, par mail, par téléphone, ou encore en me contactant. 

On vous attend nombreuses pour préparer dignement le retour du printemps ! (Ouh là… j’en fais un chouïa trop, là, non ? ) Enfin… on vous attend, quoi. 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les signaler en commentaire. 

Allez, je retourne en atelier (si si !)

Je vous souhaite une excellente fin de semaine et vous dit à la semaine prochaine ! 

MC