Transition.

Publié: 29 septembre 2016 dans Pâte Fimo

Bonjour chers Vous ! 

Quelle étrange sensation que celle de reprendre une publication hebdomadaire après l’irrégularité quelque peu exceptionnelle des deux derniers mois. Tandis que je tapote mon clavier ce matin, un léger sentiment de doute m’envahit… vais-je avoir assez de matière pour rendre cet article intéressant ? Je suis loin d’avoir autant d’images à vous présenter qu’au sein de mon dernier sujet mais enfin… je ne suis pas en capacité de rédiger un texte de 15 pages par semaine et de votre côté, seriez-vous seulement prêts à vous en farcir autant à lire ? Il est donc temps de retourner à une plus modeste écriture et de vous montrer un peu ce sur quoi je travaille en ce moment. 

Après mon retour du symposium, j’ai passé une journée à déballer mes bagages pour tenter de ranger mes « p’tits trésors » dans un endroit plus approprié que la « zone de transit avant classement définitif » (c’est à dire ailleurs qu’au sommet d’une pile d’1 mètre 50 de choses EXTRÊMEMENT importantes rigoureusement entassées les unes sur les autres en un équilibre qui frôle la perfection gravitationnelle… ) puis j’ai préparé mes sacs pour remonter mon stand dès le lendemain matin sur les lieux d’une grande foire annuelle. Ce fut… comment dire… un brutal retour aux réalités matérielles de ma petite entreprise… et tandis que, derrière mon stand, je me concentrais sur le choix de mes ( nouvelles ) couleurs de pâte pour réaliser une démonstration tout en tentant de faire abstraction des aboiements, bêlements, et autres bruits propres à la grande famille des gallinacées, ( ben oui, je vous ai dit que c’était une grande foire… ) je me suis mise à réfléchir à la vision que j’avais de ma propre structure ( d’entreprise, j’entends, bien sûr… rien à voir avec une quoique ce soit d’osseux… )

Voici, au passage, ma contribution à la foire avec l’élevage en plein air de ces deux pitites canes : ( je sais que j’ai déjà épuisé cette blague mais que voulez-vous, elle me fait toujours autant rire ! ) 

img_3622

img_3611

Cela fait déjà un moment que j’envisage de modifier légèrement ma façon de travailler afin développer une seconde gamme de pièces sur lesquelles je consacrerais plus de temps et qui serait, par conséquent d’un autre niveau. Je conserverais, bien évidemment, ma gamme de prix actuelle mais je pourrais enfin me permettre de lancer, parallèlement, la création de quelques unes des centaines d’idées que j’ai rangées dans un coin de ma petite tête, faute de temps. Je procrastine là-dessus depuis longtemps mais depuis le retour de Nuremberg, je me demande vraiment pourquoi encore repousser cette étape ! En y réfléchissant, j’en étais, en quelques sortes, arrivée à restreindre moi-même ma propre créativité au profit de la productivité ! Un travers dans lequel il est aisé de trébucher. 

J’entame donc un tout nouveau travail de recherche de pièces personnelles dans le but de les présenter durant la série des marchés de Noël. Alors ne vous emballez pas… cette magnifique dynamique ne s’est mise en place il n’y a que 48 heures… dont un mercredi ( qui dit mercredi dit après-midi avec mon petit chat ) donc je n’ai pas grand chose à vous dévoiler mais enfin… au moins vous voilà au courant de la direction que je tente de prendre aujourd’hui. ( ça vous fait une sacrée belle jambe, hein ? )

Pour commencer, j’ai décidé de retourner à mes amours de l’an passé, j’entends par là le fraisage, en améliorant tant la recherche graphique que les finitions de mes pièces. Les balbutiements ont pour l’instant donné naissance à deux pendentifs, une paire de boucles et une dizaine d’idées : 

img_3951

Les petits inserts ronds sont jaune moutarde et bordeaux… je le précise parce que mes photos ne rendent pas justice aux couleurs « automnales » que j’ai mélangées. 

img_3886

img_3895

J’ai eu ensuite envie de tester un nouveau collier dans l’esprit « torque » que j’avais gribouillé sur un morceau de mon carnet magique. Le prototype n’est ( bien sûr ) pas à la hauteur du projet que j’ai en tête mais il est excellent pour comprendre ce que je dois modifier. (en même temps… c’est le principe d’un prototype, non ? ) 

img_3876

( Et c’est là que vous découvrez que je ne sais même pas coudre un bouton… et oui, c’est mon mari qui nous répare nos boutonnières à mon petit garçon et à moi-même… mais il a promis de m’apprendre un jour… quand je s’rai grande ! )

Et enfin, j’ai poncé poncé poncé mes tranches de canes pour monter ces quatre paires de boucles sur des montures en argent 925 : 

img_3918

img_3915

(Cette cane bleue et violette ci-dessus est réalisée avec de la pâte translucide et il s’agit de la cane que nous réaliserons durant l’atelier photophore du mois de novembre)

img_3927

img_3936

Voilà pour le moment ce que j’avais de nouveau à vous présenter. À présent, il va me falloir utiliser un peu des multiples canes qui sont nées en publique sur mon stand. Voici d’ailleurs les dernières que vous n’avez pas encore vues ici : 

img_3293

img_3296

img_3855

À présent, à moi de laisser libre court à mon imagination afin de vous présenter des nouvelles choses. Je clos donc ici ce petit article et m’en retourne à mon TOUT NOUVEL atelier ! Oui… cette vague de changements pour La Perle Rouge ne concerne pas seulement les bijoux mais je vous en dirai un peu plus la semaine prochaine ! 

D’ici là, passez une excellente fin de semaine et prenez soin de vous ! 

À jeudi prochain ! 

MC

Bon… Au moment où je commence à rédiger ce texte, cela fait une semaine que je suis rentrée… il serait temps que je partage avec vous ma fabuleuse expérience du Symposium Fimo de Nuremberg !

Déjà une semaine… chaque jours qui a suivi l’atterrissage de retour je me suis posée la même question  : « Par où, diable, vais-je commencer cet article fleuve ? » Et bien après mûre réflexion, je vais finalement entamer mon récit par son début (muhaha… et oui, je suis toujours aussi spirituelle !) 

Débutons donc cette narration par un bref rappel de la situation (pour ceux qui ne suivent pas encore mes fimotesques pérégrinations.) Cette année 2016 marque le 50ème anniversaire de la marque FIMO produite par l’entreprise allemande Staedtler. À cette occasion, le distributeur français Graine créative a organisé un concours sur le territoire en offrant des fabuleux premiers prix aux vainqueurs des quatre catégories (enfants, ados, amateurs et experts). J’ai eu l’immense bonheur de remporter la première place de la dernière catégorie ( le jour de mon anniversaire, même que ! ) et donc de gagner deux places pour participer au Symposium Fimo de cette année qui se tenait pour l’occasion à Nuremberg, lieu du siège de l’entreprise. 

Embarquant mon interprète de mari (Ben) dans mes valises, me voici donc en route pour l’événement. 

Le petit chat est sous bonne garde chez les mamies et les papis, ma valise d’atelier est aussi pleine qu’un cartable neuf une veille de rentrée des classes et mon anglais est toujours aussi approximatif… on peut y aller.

Tandis que je grimpai dans l’avion à Lyon, je m’interrogeais sur ce que j’allais bien pouvoir trouver en arrivant dans cette réunion annuelle de passionnés de tous les continents. J’étais impatiente, impressionnée et d’avance exaltée pourtant, ce fut encore plus incroyable que ce que j’aurais pu anticiper. Tout d’abord, une organisation du TONNERRE ! Durant quatre journées complètes, pas un temps mort ni une fausse note… de la précision allemande de pointe, quoi ! 

Allez, GO ! 

img_3325

Jour 1 : En Visite ! 

.

Lorsque nous étions petits et qu’on se trouvait parfois en vacance avec la famille, une chose était unanimement redoutée : le moment fatidique de l’exclamation parentale enthousiaste : « Ah tient, cet après-midi, si on allait visiter… le trucmuche de machinchose … » oui, vous le savez bien, à cet âge-là, les oreilles se bouchaient à peine le mot « visite » prononcé. Heureusement pour moi, je ne suis plus une enfant ( enfin… physiquement, en tout cas ! ) et lorsque sur le programme du déroulement de la semaine j’avais lu « visite des usines de fabrication de la pâte Fimo » j’étais excitée comme une puce ( ça se dit encore cette expression ? ) et évidemment, je ne fus pas déçue ! 

Tout commença dans le bus lorsque, armés de nos badges nominatifs Staedtler, nous reçûmes la répartition des participants en trois groupes. Je consulte machinalement la liste du nôtre et plus je parcoure les lignes plus j’ouvre des yeux ahuris… Dan Cormier, Christine Dumont, Maggie Maggio, Izabela Nowak, Daniel Torres, Carol Blackburn… « TONNERRE DE BREST DE SACREBLEU ! » ( avec la surprise, je perds souvent ma créativité de jurons… ) « MAIS DITES MOI PAS QUE C’EST PAS POSSIBLE !!!  » ( oui, j’en perds également ma syntaxe… ) Bon, restons calme, la journée s’annonce parfaite. 

Parvenus aux usines Staedtler, une première photo de groupe est prise puis les trois groupes se séparent. Mmmh… comment vous décrire en une seule phrase la visite des ateliers de fabrication de la pâte polymère Fimo… voyons… ça y est : imaginez un groupe d’enfants lâché en plein cœur d’une usine de fabrication de bonbons ! Voir les ingrédients de départ, les machines de mélange ainsi que les multiples chaînes de montages automatisées jusqu’à la sortie tout au bout du petit paquet de Fimo Pro de 85 g était véritablement passionnant tant pour moi, ( petite fille dans l’atelier du Père Noël ) que pour les artistes ( j’ai bien cru qu’on allait perdre la grande spécialiste de la couleur Maggie Maggio dans la salle des pigments purs ! ) que pour mon ingé méca de mari ! Je n’ai, bien sûr, aucune photo à vous montrer de cette extraordinaire visite et vous le comprenez. Après la pâte polymère, nous avons pu suivre la fabrication des crayons de papiers, vous savez, les fameux jaunes et noirs à rayures et je dois bien avouer que c’était tout aussi fascinant. 

Une fois la visite achevée, retour en bus en direction du centre de Nuremberg où nous attendaient des guides pour une petite visite du cœur médiéval de la cité. Je ne sais pas si vous vous en rendez-compte mais à ce moment-là, je crois que j’avais déjà accumulé plus d’heures de concentration en anglais que je n’avais jamais eu à le faire jusque là dans ma vie… et ça n’était que le premier jour. 

Allez, après un petit tour au magasin Staedtler histoire de faire quelques emplettes ( moui… à ce moment-là, je ne savais pas encore que j’allais avoir un mal fou à boucler mes bagages… ) on achève cette ( exténuante ) journée dans une magnifique salle de réception au sein même du siège de Staetdler pour un premier dîner à … 18 h ! Bon, bah ça fait bizarre au début ( nous qui mangeons le plus souvent après le coucher de notre petit chat ) mais finalement, on mange, hein…

14352461_10207991007957939_444686270103340718_o

De retour enfin à l’hôtel, nous découvrons que durant notre absence, l’entrée de l’établissement s’est garnie de quatre vitrines à l’intérieur desquelles nous pouvons contempler le travail des quatre artistes qui assureront les workshops à savoir Bettina Welker, Izabela Nowak, Maggie Maggio et Dan Cormier. Dans le coin, la dernière vitrine pose question aux gens qui la contemple alors je m’approche et qu’est-ce que je vois ? Mon petit carré 10 x 10 sous sa vitrine avec quelques créations des concours organisés en Italie et en Espagne. Evidemment, la cruche que je suis n’a pris aucune photo mais croyez-moi sur parole, c’était top classe ! En tout cas, je n’étais pas peu fière ! 

fimo_symp_2016_lehrer_01

(photo provenant de ce site)

À minuit passé… la fatigue pris finalement le pas sur toute cette effervescence et j’allai enfin me coucher pour attaquer en forme les ateliers du lendemain. 

Jour 2 

.

07h30 : réveil mou… « Mon Dieu que ce lit est confortable… mmmh, où est-ce que je suis, là ?… AU SYMPOSIUM, C’EST VRAI ! C’est le début des ateliers ! «  Boum, je me dépêche tout excitée, je descends fébrilement avec ma valise de matériel prendre un méga p’tit dèj à l’allemande, c’est à dire avec TOUT et je me dirige vers la salle attribuée à notre groupe d’atelier. Je m’installe à une place, ni trop devant, ni trop au fond et je sors ma machine, attendant de voir comment se passent les choses. Un gros carton est posé sur la table, j’entreprends de l’ouvrir et y découvre une importante quantité de paquets de FIMO Professional ainsi que quelques accessoires comme des emporte-pièces, de la Fimo liquide etc… Je ne me pose pas plus de question et je me concentre, mon premier atelier en anglais vient de débuter. 

Premier workshop : Les Boucles d’oreilles de Bettina Welker 

Les craintes que j’éprouvais quant à la compréhension des ateliers en anglais se sont rapidement (partiellement) dissipées pour deux raisons. La première c’est que je ne m’étais même pas imaginée que le « prof » allait nous faire la démonstration en direct pas à pas ( oui ben ne vous moquez pas, je vous avais prévenu que les premiers ateliers que j’ai suivi étaient ceux de la journée de remise de prix au mois de juin et ils duraient 2h !) , et la seconde, c’est que je n’avais qu’une seule autre française dans mon groupe mais pas n’importe qui, Christine Dumont ! Muhaha, comme interprète personnelle, ça envoie, hein ? 

Allez, je me concentre, je suis toutes les étapes très bien, je fais les plus beaux dégradés de ma vie, je suis studieuse comme jamais et les quatre heures de cet atelier filent comme le vent. Il est temps de retrouver les autres pour une photo de groupe avant de poursuivre : 

fimo_symp_2016_gruppenfoto_13x18_01

(photo provenant de ce site)

Elle vous plait, cette photo ? Ben j’espère ! Parce qu’elle m’a fait perdre la notion du temps et tandis que je posais en plein milieu avec un grand sourire niais il s’est passé exactement ce que vous imaginez… mes boucles ont brûlé dans le four… 

img_3771

Moui, parce qu’en fait, moi, le marron, c’est pas vraiment mon truc… c’était turquoise et violet, à l’origine… C’est dommage parce que j’avais réussi à les terminer : 

img_3775

Mais j’ai du avoir une bonne inspiration puisque juste avant la photo, j’en avais commencé une seconde paire : 

img_3782

On était sensé voir un dégradé complet qui passe d’une oreille à l’autre en partant du vert pomme pour arriver au violet mais j’ai du mettre trop d’épaisseur de la cane translucide… En tout cas j’ai poncé mes boucles comme jamais ! Même les brûlées brillent de mille feux  ! ( En même temps… ça se tient. Hi hi )

Ah oui, au fait… Il m’a fallu 4 heures et 3 confirmations de personnes différentes pour admettre que l’intégralité de ce que contient cette boîte en carton était pour moi et mes fébriles petites mains : 

img_3366

(oui oui, il y a quatre pains de Fimo pro dans chacune des petites boîtes !)

Pause déjeuner (express) et retour en salle pour le second atelier de la journée : 

Deuxième workshop : Le Bracelet magique d’Izabella Nowak

De la patience, de la régularité et de la délicatesse. Ce sont les trois qualités qui permettent de réaliser ce bracelet qui demande peu de connaissances en pâte polymère mais qui tient tout son secret à son astucieux montage, croisement entre une technique de tressage maya et les bijoux papier : 

img_3786

img_3787

.

La première journée d’atelier en anglais s’achève et tout le monde se retrouve pour aller dîner dans un restaurant qu’on aurait cru alsacien. Je me précipite ( j’avoue ) vers mes deux acolytes françaises, Florence Babando et Béatrice Picq( j’avais cherché les voix françaises le tout premier matin et j’ai été plus qu’heureuse de les rencontrer !!! ) et avec mon mari ( Ben oui, vous aviez oublié qu’il était là ? C’est parce qu’il travaille depuis sa chambre d’hôtel mais ne vous inquiétez pas, on le verra quand même. ) nous avons donc passé la deuxième soirée anglaise en Allemagne. 

Retour à l’hôtel – vite vite on essaie de prendre une photo et de publier quelque chose sur FaceBook parce qu’on a promis de faire partager un peu les événements de cette semaine… vite vite…. la connection est leeeeeeeeente… vite viiite je veux aller au dodoooooo…. zzzzzzzzzzzzzzzzzz…….

Jour 3 : 50 nuances de vert ! (ou presque)

.

6h30 : Aïe… J’ai les yeux qui piquent… aujourd’hui les ateliers commencent une heure plus tôt car ce soir, c’est soirée de gala et on aura bien besoin d’une petite heure en fin de journée pour prendre une douche et se transformer en princesse Fimo. 

Je l’ai déjà formulé sur Facebook le jour même de cet atelier mais celles et ceux qui pensent maîtriser leur approche de la couleur n’ont jamais vu la grande Maggie Maggio en action ! 

Troisième Workshop : Les Bracelets sauvages de Maggie Maggio !

travail-de-la-couleur

Les quatre premières heures de la journée ont été intégralement consacrées à la réalisation de 42 nuances de verts qui ne sont qu’une partie des verts à obtenir à partir de la Fimo profesionnal !!! ( ça calme, hein ? ). J’ai été énormément frustrée de cette matinée et ce pour une bonne raison : Je suis complètement fascinée par la couleur, par LES couleurs, par leur alchimie, leurs effets, leurs rendus, leur magie, c’est d’ailleurs ça qui m’a donné envie de patouiller au tout début : jouer avec des couleurs dans mes mains ! Et là, je me retrouve en face d’une conférencière internationale qui m’explique son approche et ses théorie sur le sujet et… je ne pige pas un broc ! J’avoue, mon niveau d’anglais est encore plus lamentable que je l’imaginais et c’est une des choses sur lesquelles il va falloir que je travaille dur à l’avenir… Bref, après des heures de frustration langagière, le moment est venu de réaliser le projet de Maggie Maggio : deux bracelets reptiliens aux verts changeants… Et bien mes zamis, je savais que je n’étais absolument pas douée pour le modelage et cela se confirme complètement. J’ai bien failli envoyer valser les heures de boulot à travers la pièce tant je suis gauche à modeler quoique ce soit ! Faites-moi faire des canes, de la géométrie et du ponçage mais le modelage demeurera un mystère pour moi ! 

Enfin… je vous montre tout de même ( n’hésitez pas à aller jeter un œil sur le travail de Maggie Maggio pour voir à quoi ressemble SES bracelets… je n’ai pas le cœur de mettre sa photo ici… ) : 

img_3794

 

img_3800

À eux deux, les bracelets utilisent le dégradé complet. 

img_3811

Je le préfère comme ça mais ça risque d’être plus difficile à porter… 

Ah oui, j’oubliais…  Durant la matinée de cette troisième journée, j’ai vécu, au détail près, une situation qui m’angoissait et qui, selon mon adorable petit mari était « absolument improbable ! Arrête de flipper, Marie, ça va se passer tout seul ! » Je fais bien sûr référence à mon incapacité à communiquer en anglais… C’était déjà difficile le premier jour d’expliquer qui j’étais et d’où je venais ( surtout quand on n’habite ni à Paris ni à Lyon ni à Marseille mais là où il n’y a que des vaches et des vignes… je n’ai tenté les mimes qu’une seule fois, je vous rassure ) mais mon véritable moment de solitude s’est produit tandis que j’étais concentrée ( à mort ! ) sur mes mélanges précis de verts afin de confectionner mon nuancier et que Maggie Maggio déambulait entre les rangs tout en parlant. Ça n’est qu’après que j’ai compris sa question… juste après en fait, au moment où une vingtaine de participants a pointé son doigt sur moi en disant un grand « HER ! » ! Et oui, la question était quelque chose du style « Est-ce que quelqu’un parmi vous a des difficultés à comprendre tout ce que j’explique en anglais ? »… Bon, j’exagère peut-être un poil sur le nombre de doigts impliqués mais je vous jure que c’était vraiment très gênant d’être la seule. Le bon côté c’est que Maggie Maggio m’a assuré qu’il ne fallait pas que j’hésite à aller voir Christine Dumont… « yes, I know, thank you… she helps me for two days… » pfff ok, bon, ça… c’est fait… arrête de rougir et repars dans le vert. 

img_3376

Enfin… la journée s’acheva et la soirée commença ! 

img_3310

J’ai réalisé deux exploits en préparant cette soirée. Le premier est que je suis parvenue à rentrer dans la robe que ma mère m’avait cousue il y a une douzaine d’années et que j’avais porté à la remise de diplôme de Ben ! ( En revanche, elle limite un peu la quantité de nourriture qu’on peut ingurgiter… ) Le second c’est que je n’avais qu’un peu moins de deux heures pour me confectionner une parure assortie à la dite robe avant de boucler mes bagages : 

img_3273

Et c’est parti pour le show ! 

sante

french-team

Elle est pas belle la french team ? ! ( ah ah, c’est quasiment la seule chose que j’ai écrite en anglais dans cet article, un comble ! )

salle

La soirée s’est déroulée dans un immense bâtiment loué pour l’occasion et qui abritait quelques collections privées. Oh rien de très encombrant non, juste une collection de voitures… 

voitures

…et de motos. ( si si tout là-haut, elles font le tour de l’espace de réception ! )

salle-motos

Bref, jolies tables ( avec centres de tables en vraies fleurs, s’il vous plait ), scène avec groupe de musique, voiles tendus avec le logo qui tourne et tout :

fimo

Et quelque chose qui m’intrigue tout au fond et qui, visiblement rend Ben aussi perplexe que moi : 

not-juste-a-black-screen

Vous savez ce que c’est ? C’est une oeuvre du génial et complètement fou Georg Dinkel et c’est… sa TV ! ( le boitier en dessous de l’écran accueille la box et le socle, les télécommandes ) J’en vois qui se posent la question alors je vous réponds tout de suite, OUI, pour ceux qui, comme moi ne connaissaient pas le personnage, c’est une réalisation en pâte polymère !!! Tandis que j’ouvrais des billes comme des boules de pétanque ( je sais que c’est impossible mais rien que l’image cartoon me fait hurler de rire ), Mr Georg s’approche de moi et m’explique en toute simplicité : « I didn’t want just a black screen, you know… » ah bon, d’accord… pas de problème monsieur… je ne sais même pas comment vous parvenez à faire ça mais effectivement, c’est un peu plus original qu’un simple écran noir. J’adore ! 

Dîner brillamment orchestré par notre parfait duo Nils et Susanne ( qui a d’ailleurs splendidement rythmé toute la semaine …et dont je ne retrouve plus des noms, j’en suis toute désolée, ce sont juste des pointures Staedtler… ), tout ça tout ça… musique, tout ça tout ça… feux d’artifice tout ça tout ça ( Rôôô comment elle se la joue blasée, la fille ! ) et retour en salle pour la présentation des deux associations dans lesquelles Staedtler s’est investit, un centre pédiatrique américain ( Center for Pediatric Therapies in the USA) ainsi qu’une association de femmes népalaises. (Samunnat Community in Nepal ). Moments émotions… 

Mais au fait, qu’est-ce que c’est que ce gros cube blanc en plein milieu de la salle et en face de la scène depuis le début ? 

la-boite-mystere

C’est… rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ( non je n’ai pas quelque chose de coincé dans la gorge, c’est un roulement de tambour ! ) le GLOBE des 50 ans, bien entendu ! Dévoilé en toute modestie avec grande musique de ciné, extinction des lumières, brouillard énigmatique, éclairs rouges et autres effets spéciaux ! 

le-globe

socle-globe

J’étais toute déçue que le mien ne s’y trouve pas… en même temps, il était sous une vitrine dans le hall de l’hôtel… mais c’était sans compter la fabuleuse organisation de l’équipe allemande Staedtler et le regard aiguisé de Florence Babando qui le repéra rapidement pour mon plus grand bonheur ! 

its-mine

Bon d’accord, il est un peu coincé mais il a le mérite d’y être et j’en suis vraiment contente. L’équipe Staedtler a finalement décidé de conserver ce méga globe constitué d’environ 660 carrés de 10 cm sur 10 de pâte Fimo envoyés du monde entier dans le hall de l’entreprise et je les comprends. ( Retrouvez le petit film Staedtler ici)

La soirée s’est donc poursuivie en musique et en photos puisqu’un endroit un peu à l’écart y était dédié et permettait de garder une trace des rencontres ou/et des retrouvailles qui se sont faites durant le gala. Pour ma part, j’ai été plus qu’enchantée de retrouver Delphine Roth ( la dirigeante de Graine Créative ) ainsi qu’une responsable Staedtler avec qui j’ai sympathisée et dont je ne parviens pas à retrouver le nom, même sur internet ( Je voudrais retrouver son contact, donc si quelqu’un peut m’aider, je suis preneuse ! )  toutes deux rencontrées lors de la remise des prix du concours à Paris le 7 juin. 

img_3820

img_3827

Ah oui au fait, j’allais oublier le détail qui tue : 

le-detail-qui-tue

.

Vers 1h ou 2h du matin, nous sommes rentrés à l’hôtel histoire de dormir quelques heures avant d’affronter la dernière journée d’atelier !

Jour 4 : La Précision dans toute sa splendeur. 

.

Quatrième (et dernier) workshop : Le pendentif design de Dan Cormier ! 

Ouh lààààààààààààà… les paupières sont louuuuurdes le matin du dernier jour. Pourtant, pas le temps de rechigner car c’est le jour d’un atelier que j’attendais tout particulièrement, celui de Dan Cormier et de son fascinant perfectionnisme. Nous sommes samedi et Ben choisit donc de s’essayer ( quand même ! ) à la pâte Fimo en s’attaquant à ce workshop à côté de moi. La preuve en images : 

img_3504

img_3516

Pas mal, hein ? pour une première patouille ! 

J’avais trouvé fascinant de voir Maggie Maggio manipuler les couleurs mais il était hypnotisant d’observer Dan Cormier procéder à la réalisation de son bijou avec autant de minutie, d’anticipation et de réflexion de chaque geste. On sent vraiment l’approche design de l’objet. 

img_3518

Mes blocs  : 

work-in-progress-dan-cormier

Et les pendentifs achevés à la maison : 

img_3765

img_3769

Pour ma part, c’était vraiment une belle rencontre ! 

img_3579-copie

Et voilà, la journée touchait à sa fin et le symposium avec… 

Un dernier moment de partage fut organisé pour remettre à chaque participant son certificat de participation au symposium et les prendre en photo avec. ( Retour aux photos scolaires… vous savez, celles où on pose très « adroitement » et durant lesquelles on se mord les doigts d’avoir oublié, en s’habillant ce matin, que c’était justement LE jour de la photo…) Même Ben en a eu un ! Au grand dam de Christine Dumont ( parfaitement d’accord, non mais ! De nos jours on donne vraiment des diplômes à n’importe qui ! )

img_3830

Le dernier challenge à relever fut de parvenir à faire rentrer le contenu du carton d’atelier et les cadeaux Staedtler dans notre valise.

img_3602

(C’est la place qu’occupait le matériel Staedtler ramené une fois les vêtements enlevés… Noté l’indice échelle de mon pied en 40 !)

Et voilà… cet article touche lui aussi à sa fin. 

Quatre jours, quatre artiste, environ 75 participants et 26 heures d’ateliers réparties sur 3 journées…

C’était une incroyable expérience qui m’a permis de considérer mon propre travail d’une manière différente. J’y ai rencontré des personnalités très diverses ainsi que des multiples approches de la matière et je pense sérieusement que ces quelques jours me feront gagner au moins une voire deux années de réflexions personnelles sur certaines questions précises. 

Les quatre artistes intervenants m’ont chacun intéressée à leur façon et m’ont permis de comprendre que dans ce domaine, il existe autant de façon de travailler ce matériau qu’il existe de créateurs et ça, c’était sans doute la plus belle découverte de ce symposium.

J’ai donc envie de remercier très très chaleureusement Delphine Roth et toute l’équipe de Graine Créative qui a mis en place ce concours à l’occasion des 50 ans de Fimo ( et tous ceux qui ont voté pour ma pièce, bien entendu ! ) car c’était un véritable bonheur pour moi que de participer à cet événement !!! 

Et pour ne pas terminer ce texte sur un ton trop sérieux ( ça ne me ressemblerait pas ! ) voici quelques réflexions personnelle que je partage avec vous : 

ÊTRE UN BOULET, C’EST : 

  • Participer au 5ème Symposium Fimo, amener une valise de matériels demandés pour les ateliers et oublier l’intégralité de ses lames… ( oui… je me suis bien gardée de vous en faire part durant l’article de celle-là… d’ailleurs, un grand merci à Ariane Freisleben ! )
  • Répondre 3 fois de suite « no » à la question « Are you french ? » parce qu’on a compris « Have you friends who… » ( en l’occurrence, la question concernait le naturisme apparemment typiquement français… je trouvais plus prudent de rester sur le « no »… et à ma décharge, il y avait vraiment beaucoup de bruit !!! )
  • Croire naïvement, à 15h, que ce qui se trouve à côté de la cafetière sont des minis croissants nature alors qu’il s’agit de jambon et de fromage enroulés dans une pâte feuilletée. ( Et ben avec le café, c’est pas ce qu’on fait de mieux… )
  • Préparer sa valise tellement vite qu’on manque de vêtements et qu’on oblige son mari à faire de la lessive dans la chambre d’hôtel pendant qu’on patouille en bas ! 
  • … Et d’autres encore mais je tiens à ne pas vous présenter une image TROP affligeante de moi tout de même… 

.

Notes personnelles à garder en mémoire pour une prochaine manifestation de ce type :

  • Préparer son sac de matériel AVANT la veille du départ.
  • Travailler son anglais de manière un peu plus constructive qu’en regardant des séries tv en vost…
  • Prendre des valises plus grandes !
  • Ne pas hésiter à bombarder sa carte de visite et à en pêcher un maximum. 
  • Se détendre, bon sang ! 

.

Ça y est, vous êtes arrivés au bout ! Félicitations et merci à vous de m’avoir lue jusqu’ici ! 

Prenez soin de vous et à très bientôt ! 

Marie-Charlotte

fin

lien Staedtler

Bonjour chers Vous !

Me voici enfin de retour ! 

Croire ne serait-ce qu’une seconde qu’on va assurer tranquillement sa publication hebdomadaire tandis qu’on part en congés durant presque trois semaines (et c’est en toute humilité que je me fais cette réflexion) est une pure utopie. « Utopie » est sans un doute un peu fort… « illusoire » est largement plus approprié.

Ma capacité à procrastiner, déjà largement développée chez moi, s’est quelque peu aggravée lorsque je contemplais les glaciers des Alpes puis s’est carrément imposée tandis que je me frottais au soleil du sud.

Pourtant, du travail, j’en avais emmené avec moi sur la route des vacances. Ma petite perceuse, son flexible, ses fraises et ses forêts voyageaient sagement entre un bon nombre de perles brutes en vrac et un paquet de papier de carrossier. J’ai percé des fleurs et des tranche de canes le premier jour, poncé des perles creuses le second (quoi de plus approprié que de poncer des perles creuses en plein air à 2000 mètres d’altitude ?) et puis… ma route a pris la direction du sud, la petite voix qui me disait de rédiger un billet estival s’est fait de plus en plus discrète et ma motivation a finit par s’envoler avec le fou mistral. 

Pas d’article depuis un mois donc… je ne suis même pas sûre d’avoir traversé un tel désert de publication auparavant.

Entre les inscriptions des marchés de fin d’été et d’automne à finaliser, la fabrication des pièces à accélérer pour que mon stand ne soit pas ridicule et les bagages à boucler (affaires de neige (oui, quand on fait de l’astro, là-haut, on est en combinaison de ski…), affaires de chaud (et tout le bazar nécessaire au confort à un enfant de deux ans), j’ai seulement pris le temps de mettre en ligne les thématiques des trois journées à l’ateliers avant de grimper me coincer dans le peu de place qu’il restait dans la voiture. (Ne croyez pas que je me cherche des excuses… bon, si, d’accord, c’est un fait flagrant et j’en suis d’ailleurs un peu honteuse…) 

Je n’ai rien écrit ici depuis un mois tout rond tout pile mais je ne me suis pas arrêtée de travailler pour autant ! 

Le bon côté de cette absence c’est que j’ai des choses à vous montrer aujourd’hui.

Commençons par une commande de pendentifs assortis à des tenues précises toutes en bleus. Le motif ci-dessous est directement inspiré du dessin du tissu en question :

IMG_2179

1

2

3

J’aime beaucoup ce montage épuré de pétales simples. Je crois que je vais garder et développer l’idée. 

Depuis le mois de mai, j’ai monté mon stand sur 11 journées de marché et qui dit marché dit démonstrations de canes, puis fabrications pour le marché suivant… puis re-démonstrations de canes etc… 

IMG_2241

Voici donc les petites élevées au plein air du mois de juillet : 

IMG_2248

Les manipulations publiques de la pâte polymère suscitent toujours autant l’intérêt du public présent. Il suffit que je choisisse une couleur et que j’actionne la manivelle de ma machine à pâte pour voir des curieux approcher de mon stand. Après avoir salué les premiers arrivés, je déroule mes explications le plus souvent la tête baissée durant un bon moment, concentrée sur mes réductions et mes assemblages, consciente que l’attention des gens présents sur un marché (aussi créatif soit-il) ne peut pas excéder beaucoup plus d’une demi-heure. Lorsque je me redresse enfin, c’est pour constater avec un plaisir toujours surpris que le nombre de spectateurs a considérablement augmenté. Des femmes de tout âge, passionnées de création en générale ou amatrices de bijoux et de couleurs ; des hommes, intrigués par la technique et hypnotisés par les enchaînements géométriques de la naissance d’une cane kaléidoscope et bien sûr, les enfants, subjugués par ces magiques manipulations qui transforment quelques boules de pâte un peu bizarre en un très très zoli dessin. 

Durant un marché du mois de juillet, tandis que je me prêtais de nouveau à cet exercice public, j’avais, en spectatrice attentive une toute petite fille de 3 ans, peut-être 4 à peine. Totalement fascinée et d’un sérieux absolu, elle ne quitta pas mes mains des yeux une seconde et, une fois la démonstration terminée, rechigna un moment à suivre sa maman pour aller vers un autre stand. Je jetai un regard attendri à cette petite minette et retournai à mon farfouillage. Une vingtaine de minutes plus tard, tandis que je prenais mon temps pour choisir les prochaines couleurs à exploiter, un petit bruit sur ma gauche attira mon attention « clip clap, clip clap ». C’était le son des petits souliers de la fillette qui avait fauché compagnie à sa mère (qui la suivait de loin) et qui revenait en courant vers mon stand. Intriguée, je la regardai, m’attendant à une requête, une question ou que sais-je encore mais non… La petite poupée attrapa une de mes cartes de visite, me lança un « méci » et repartit calmement, cette fois, en serrant le petit morceau de bristol de ses deux mains devant l’air éberlué des gens présents. La maman arriva à sa hauteur et considèra sa fille : « Ça y est, tu as sa carte, on peut y aller, maintenant ? – Oui, c’est bon. » Ce jour là, j’ai rencontré ma plus jeune admiratrice ! 

Laissez-moi à présent vous présenter les pièces que j’ai fabriquées entre deux démontages de stand : Du torque, des perles creuses, un peu de patchwork et des bracelets breloques… les classiques de La Perle Rouge, quoi (il ne manque que les asymétriques). 

IMG_2897

IMG_2902

IMG_2907

IMG_2910

IMG_2920

IMG_2928

IMG_2930

IMG_2938

IMG_2954

IMG_2960

IMG_2962

Et oui, ce sont des colliers breloques ! J’en avais fait quelques uns au tout début et puis j’ai oublié…

IMG_2973

IMG_3011

Des colliers boules ! C’est suffisamment rare chez moi pour que je le souligne. 

IMG_2981

en cours40

Le marché du mois d’Août à vu naître ces trois canes là : (encore inexploitées)

IMG_3051

IMG_3042

Oui, du multicolore… je n’ai absolument aucune idée de la façon dont je vais les utiliser… 

Le week end dernier, je me trouvais à Gevingey (toujours dans le Jura, bien sûr) au festival « Chahut au château » qui s’est révélé être une magnifique découverte pour moi. J’en ai donc ramené 3 nouvelles canes à exploiter AVANT qu’elles ne sèchent (sans commentaire… vous verrez ça dans un prochain article… grrr…)

IMG_3184

IMG_3231

IMG_3233

IMG_3239

Il va falloir que je me calme un peu parce que j’ai une fâcheuse tendeuse à augmenter la taille de mes canes au fur et à mesure de mes marchés…

IMG_3244

Et voilà… J’arrive au terme de cet article. J’ai longuement hésité à savoir si je devais le voir comme un article de retour de vacances ou bien un article de rentrée et j’en suis arrivée à la conclusion que je n’en avais aucune idée… ça n’est pas mon genre d’être nostalgique des semaines à peines passées ni non plus d’être anxieuse face au mois de septembre et des nouveautés qu’il apporte dans son cartable. Je vous laisse donc le soin de l’appréhender comme bon vous semble. 

Je ne serai pas en mesure de publier la semaine prochaine parce que… JE SERAI PARTIE À NUREMBERG au SYMPOSIUM FIMO !!!!!! 

  En revanche, évidemment, attendez-vous à un article fleuve lorsque j’en serai revenue !

Pour l’instant, je suis tiraillée entre l’excitation la plus totale, l’angoisse de ne pas piger un broc des ateliers en anglais et l’amertume de laisser mon petit chat pour la semaine… Ce qui est sûre, c’est qu’il y aura des choses à en dire et que je vous ferai suivre cette aventure et ses rencontres autant que possible. D’ailleurs, n’hésitez pas à consulter la page FB durant la semaine prochaine, faute d’article ici, je partagerai avec vous quelques moments du symposium. 

Oups, j’oubliais de vous dire que vous pouvez retrouver un de mes tutoriels dans l’édition papier du mois de septembre du magazine « Créative » : 

IMG_1862

Et que les locaux pourront me retrouver tout le week end au festival des arts créatifs d’Arbois .

Allez, prenez soin de vous et à très bientôt !!! 

MC

Ateliers automne 2016

Publié: 30 juillet 2016 dans ATELIERS automne 2016, Pâte Fimo

Bonjour tout le monde ! 

Bienvenue sur cette page. Vous y trouverez les descriptifs des différentes journées à l’atelier organisées à l’automne 2016.

Alors, peut-être à bientôt !

Lieu des journées créatives : Atelier de La Perle Rouge 16 rue neuve 39570 Conliège (Jura)

Samedi 8 octobre 2016

10h00 – 17h30

Fleurs d’automne (COMPLET)

IMG_3875 - Copie

10h00 : Travail de la pâte crue. Réalisation d’une cane « pétale » des couleurs de votre choix. Réalisation d’une ou plusieurs fleurs (choisir son utilisation : pendentif, porte-clefs, décoration, bouton etc…). 

13h00 : Cuisson et repas (à apporter)

14h00 : Travail sur la pâte cuite : perçage, ponçage et lustrage puis enfin, montage. 

17h30 : fin de l’atelier avec possibilité de déborder un peu si besoin. 

niveaux débutant et intermédiaire

matériel intégralement fourni

prix : 45 € (COMPLET)

 


Samedi 22 octobre 2016

10h00 – 17h30

Parure mosaïque (COMPLET)

IMG_1443 - Copie

10h00 : Travail de la pâte crue. Réalisation d’une cane géométrique type mosaïque ou kaléidoscope des couleurs de votre choix.

13h00 : Repas (à apporter)

14h00 : Réalisation du pendentif et des boucles d’oreilles

15h00 : Cuisson

15h30 : Travail sur la pâte cuite : perçage, ponçage, lustrage et montage. 

17h30 : Fin de l’atelier avec possibilité de déborder si besoin. 

niveaux débutant et intermédiaire

matériel intégralement fourni

prix : 45 € (places limitées)

(COMPLET)


Samedi 5 novembre 2016

10h00 – 17h30

Photophore (reste 5 places)

nouveau-dossier18

img_3709

10h00 : Travail de la pâte crue. Réalisation d’une cane géométrique complexe en utilisant de la pâte translucide.

13h00 : Repas (à apporter)

14h00: Réalisation du photophore. 

15h00 : cuisson, ponçage et lustrage.

17h30 : Fin de l’atelier avec possibilité de déborder si besoin. 

niveaux débutant et intermédiaire

matériel intégralement fourni

prix : 45 € (places limitées) 

(reste 5 places)


Informations complémentaires et inscriptions par mail à l’adresse suivante :

contact.la.perle.rouge@gmail.com

Réservation définitive après envoi du chèque de règlement de 45 € à l’ordre de La Perle Rouge à l’adresse de l’atelier :

La Perle Rouge, 16 rue neuve, 39570 Conliège

(places limitées)

À bientôt !

Marie-Charlotte Chaillon

Bonjour tout le monde ! 

Je suis navrée pour celles et ceux qui attendaient leur jupitérienne lecture récréative matinale mais j’avais pris un chouïa de retard dans mon traitement photo car j’étais occupée à vous concocter un petit tutoriel ! Celui-ci m’a été demandé par plusieurs d’entre vous alors le voilà, tout frais tout neuf, au couleurs de l’été. C’est mon petit cadeau pour fêter dignement le début des vacances. (Je sais bien que tout le monde… (loin de là !) n’est pas en vacance mais pour ma part, j’ai décidé qu’à partir du moment où le soleil réchauffait mon jardin plus de 2 jours consécutifs il se répandait dans ma maison un véritable parfum de vacances !) 

Comme d’habitude à chaque article tutoriel, ne nous perdons dans mes habituelles tergiversations et rentrons tout de suite dans le vif du sujet. 

Je vous présente le TUTORIEL COMPLET pour réaliser un collier aux PERLES CREUSES : 

Matériel requis :

  • Machine à pâte
  • Pâtes des couleurs de votre choix. (Ici : turquoise, turquoise clair, vert pomme (une pointe de vert tropical dans beaucoup de jaune), vert pomme clair et blanc)
  • Une lame
  • Un outil de lissage
  • Deux emporte-pièces ronds : un de la taille finale de vos perles et un autre un peu plus grand.
  • Du papier sulfurisé
  • Un rouleau
  • De quoi percer (avant ou après la cuisson)
  • Du matériel de ponçage ou de vernissage (papier de carrossier, touret, vernis…)
  • Du matériel de montage (pinces rondes et pince coupante, fil câblé, 2 anneaux, deux perles cache-nœud, une chaîne, un fermoir, des perles intercalaires de votre choix).

.

Réalisation du dégradé et de la cane à motif 

Photos 1 et 2 : Après avoir choisi vos couleurs, réalisez une plaque dégradée (si un voisinage de couleurs vous semble risqué, intercalez du blanc entre les deux). Préparez autant de colombins que vous voulez de couleurs dans votre plaque dégradée, soudez-les et aplatissez-les grossièrement au rouleau pour les faire passer dans la machine à pâte dans le sens des rayures au plus gros réglage.

perles bombées1

Photos 3, 4, 5 et 6 : Réalisez votre dégradé habituel en pliant la plaque rayée en deux et en repassant (le pli toujours en premier) votre pâte toujours au même réglage au moins une 15aine de fois. 

perles bombées2

perles bombées3

Photos 7, 8 et 9 : Réservez un bon tiers de votre plaque et passez-la dans la machine à un réglage fin (n°2 sur mon imperia) et roulez la bande obtenue sur elle-même. Passez le grand morceau de plaque qui reste au réglage intermédiaire n°4 dans le sens des rayures pour ne pas élargir le dégradé.

perles bombées4

perles bombées5

Photos 10 et 11 : Cerclez la cane dégradée d’une fine épaisseur de noir (n°1 ou 2) et d’une plaque plus épaisse de blanc (n°4). Étirez cette cane cible jusqu’à en couper 4 tronçons égaux. 

Photos 12 et 13 : Assemblez-les comme sur la photo 12 et formez des côtés en vous aidant de votre plan de travail afin d’obtenir une cane à section carrée.

Photo 14 : Étirez de nouveau cette cane et répétez l’opération. Allez placez votre cane au frigo sur un petit morceau de papier sulfurisé avant de continuer. 

.

Réalisation des perles bombées

Vous avez besoin de deux emporte-pièces. Le premier doit être de la taille de vos perles et le second plus grand.

perles bombées

Photos 15, 16, 17 et 18 : Utilisez le plus GROS emporte-pièce pour découper un disque dans la plaque dégradée. Placez-le ensuite du côté tranchant du plus petit emporte-pièce et faites-le rentrer dans le cercle afin de constituer un dôme en tapotant doucement pour ne pas déchirer la pâte. 

Photos 19, 20, 21 et 22 : Lorsque le bombage vous convient, placez le tout sur une plaque de la même épaisseur (n°4) que la plaque dégradée et découpez enfin votre demi-sphère. Si vous ne parvenez pas à l’extraire, soufflez d’un coup sur la partie bombée et recueillez la perle.

Photos 23, 24 et 25 : Pour réaliser des perles à motifs, préparez une plaque très fine (n°2 ou 1 si possible) et déposez vos tranches de cane très finement découpées à la lame les unes à côté des autres.

La pâte refroidie par son séjour au frigo se tranche plus facilement et par conséquent, le motif se déforme moins. Pour une jolie plaque, veillez à ce que vos tranches de canes aient toutes la même épaisseur.

Lissez le tout à l’aide d’un outil de lissage et d’un rouleau à travers un morceau de papier sulfurisé propre.

Veillez à décoller régulièrement votre plaque du plan de travail durant son lissage. 

Procédez de la même façon que pour les perles dégradées.

 

Vous pouvez vous préparer quelques perles intermédiaires pour votre montage. Ici, j’ai découpé des petits disques de fine épaisseur à l’emporte-pièce.

J’ai percé mes petits disques au cure-dent AVANT la cuisson. Cela permet d’économiser du temps (et des morceaux de doigts) au moment du perçage et c’est possible car mes perles seront montées sur un fil câblé de petit diamètre. 

.

Après la cuisson 

Photos 26 et 27 : Marquez l’emplacement du perçage en prenant garde de vous situer sur la coque et non sur le fond (ici en bleu). Veillez également à percer votre perle en anticipant le trajet du fil de montage. Le fil câblé utilisé pour ce collier étant souple, vous risquez d’avoir du mal à le faire ressortir de votre perle si vous trous ne sont pas bien orientés. Bref, il risque de vous donner du fil à retordre (hi hi !)

Si vous souhaitez percer des trous dans la coque, utilisez des petites meules.

Après l’étape du perçage, accédez à la finition de votre choix. Pour ma part, j’ai poncé les perles au papier de carrossier du grain 400 au 1200 puis j’ai achevé leur lustrage au touret.

Si vous lustrez vos perles trouées au touret, prenez garde à ne pas déformer les trous réalisés avec les petites meules.

 Réalisez votre montage sur du fil câblé que vous terminerez à chaque extrémité par une perle cache-nœud à laquelle vous pourrez accrocher anneau, chaîne et fermoir. 

IMG_1575

perles bombées18

Et voilà, un collier vitaminé plein de douceur estivale et extrêmement léger.

À vous ! 

Amusez-vous bien et à bientôt ! 

MC

Bonjour à tous ! 

Aujourd’hui, comme promis dans le dernier article, pas de blabla intempestif ni de trop grandes digressions mais des bijoux. 

D’ailleurs, afin de prouver ma bonne foi, je commence tout de suite ! 

Vous vous souvenez des deux jolies canes rose blanche et jaune que j’avais réalisées durant l’expo du CARCOM ? Et bien je n’ai toujours pas osé me lancer dans leur exploitation… elles ont plu à tout le monde, du coup… trop peur de les gâcher… En attendant, je me suis contentée d’utiliser leurs « chutes de confection » en les recouvrant de blanc et en en faisant deux plaques en hidden magic. 

Pour la première pièce, j’ai reproduit le découpage d’un collier que j’avais fabriqué pendant que préparais le tuto du collier articulé

IMG_1061 - Copie

J’avais eu une très bonne idée pour les deux suivants, enfin, je trouvais… donc cette idée, je l’ai dessinée… par conséquent, comme d’habitude et comme vous vous en doutez, cela n’a pas du tout donné ce que je m’étais imaginé… Le principe était de réaliser un collier torque en deux morceaux très différents et de ne les assembler qu’avec un ou deux anneaux. Je creuserai encore la chose mais en attendant, je suis parvenue à faire tenir l’ensemble en utilisant du fil au lieu des discrète attaches comme je le prévoyais. Beaucoup de choses à revoir mais d’autres à retenir : 

IMG_1052 - Copie

IMG_1041 - Copie

La présence (enfin !) du soleil m’a furieusement donné envie de voir voleter des petits papillons colorés au-dessus de fleurs fraîchement écloses… la nostalgie d’un printemps quelque peu bafoué, sans doute… Je me suis donc lancée dans mes premières ailes de papillon : 

IMG_0763 - Copie

(Celle de droite comporte une majorité de pâte translucide)

Elles sont nées pour venir orner un mobile que j’ai fabriqué pour un tout petit bout d’chou adorable. Pas évident de prendre ce genre de pièce en photo… je vous présente toutefois un extrait de ciel printanier : 

IMG_0860 - Copie

IMG_0864 - Copie

IMG_0872 - Copie

Voici des petites boucles qui sont ensuite nées : 

IMG_1197 - Copie

IMG_1202 - Copie

La prochaine fois, je devrais peut-être courber un peu les ailes avant la cuisson, non ? 

Bon allez, on continue ! 

Après les volatiles, les odorantes (quel romantisme !) : 

IMG_1075 - Copie

IMG_1086 - Copie

Une commande de parure cyclamen pour l’offrir à une femme qui soutenait sa thèse sur le sujet : 

IMG_0162

Pour la suite, je vous préviens tout de suite, cela risque de manquer d’originalité. Je suis actuellement en mode fabrication donc je m’INTERDIS de réaliser de nouvelles canes tant que je n’aurai pas exploiter au moins quelques unes de toutes celles qui envahissent mon plan de travail ! Et je déteste ça… seulement voilà, je ne vais pas multiplier les mini plats patchwork avec mes canes, il faut que je réalise tout de même des bijoux, et comme cela fait un certain nombre de petites canes rondes, les bracelets breloques sont de sortie ! (les canes, pour la plupart sont issues de mes récents essais sur les effets d’optique… essais non achevés, je vous l’accorde, mais pas délaissés non plus.)

IMG_1165 - Copie

IMG_1248 - Copie

IMG_1252 - Copie

Je ne vous cache pas qu’après le ponçage de ces pitites perles plates, mes doigts sont tellement doux que je pourrais réaliser un braquage sans risquer de laisser une empreinte digitale (en même temps, ça fonctionnerait aussi si je mettais des gants… et de toute façon, il y aurait de grandes chances que je sème des cheveux alors… après réflexion je vais sans doute me cantonner à la polymère.) 

IMG_1153 - Copie

IMG_1161 - Copie

IMG_1103 - Copie

Et enfin, l’utilisation de la cane que j’avais fait réaliser lors de mon dernier atelier : 

IMG_1121 - Copie (2)

IMG_1092 - Copie

Pour finir, voici une petite paire de boucles d’oreilles inspirées de la technique de sculpture de pâte de Céline Charuau : 

IMG_1144 - Copie

J’ai failli laisser quelques morceaux de doigts sous le scalpel mais c’était assez amusant. 

Vous avez vu ? Je m’y suis tenue ! Une publication avec peu de blabla et des bijoux ! 

Allez, je vous laisse ici. Je vous réserve mes habituels jeux de mots pour le prochain article ! 

à très bientôt ! 

Profitez bien de ce nouveau contexte estival (météorologique, le contexte, météorologique, bien sûr…) 

Bises à tous ! 

MC

Bonjour chers Vous tous ! 

Aujourd’hui je n’ai pas de création à vous présenter, non, j’ai juste une histoire à vous raconter, l’histoire d’une escapade parisienne, d’une parenthèse délicieuse mais aussi d’un gros boulet. Alléchant, n’est-ce pas ? 

Je vous mets tout de suite en garde contre un éventuel risque d’abus des parenthèses et de leurs digressions toutefois je vous promets d’aérer ce texte autant que possible par des photos afin de le rendre moins indigeste à ceux que la perspective de ce récit pourrait effrayer. (néanmoins, si vous n’avez que peu temps devant vous, peut-être serait-il judicieux de morceler votre lecture en deux mouvements… j’dis ça comme ça…)

Si vous suivez mes publications depuis un certain temps, vous avez sans doute une idée assez précise  de la complexité de mon organisation mais également de mon incroyable gestion du timing. La semaine passée, j’ai du combiné les deux tandis que je devais me rendre à Paris afin d’y rencontrer l’équipe de Graine Créative ainsi que les autres gagnants du concours FIMO qui devaient, comme moi, recevoir leur prix. Entre grèves et inondations les événements semblaient se liguer contre moi mais… laissez-moi vous conter un peu le déroulement de ce séjour. 

Il était une fois une jeune femme (jusqu’à quel âge utilise-t-on ce terme ? (de jeune, hein, pas de femme !) Non, parce que moi j’en suis encore à dire « quand je s’rai grande » et je n’ai toujours pas l’impression que cela va s’arrêter.) une jeune femme donc je disais… (oh là là, ça commence mal…) qui devait se rendre au grand « bourg » pour y passer une journée. Face à l’incertitude ferroviaire en vigueur dans son royaume, elle privilégia un moyen de transport sûr qui l’amènerait à destination (j’entends par là, un p… d’autocar pour plus de 6 heures de voyage.) Prévoyante qu’elle était, elle prépara sa valise en fonction de la météo annoncée (c’est à dire PLUIE !), se chargea le moins possible mais s’équipa d’un ordinateur portable afin de faire passer le voyage un peu plus vite. Bon, euh… je ne vais pas la jouer conte de fée tout du long parce que sinon on risque d’être encore là la semaine prochaine et on a quand même tous des trucs à faire.

Donc, pour la faire courte (ou presque), j’ai commencé par prendre un peu de temps pour ne réfléchir à RIEN et j’ai trouvé ça absolument délicieux, puis j’ai tentée de lire quelques pages avant de (burp) vite reposer le livre parce que je n’y arrive pas comme dans un train… pour essayer de visionner un épisode de série sur mon (grand) ordinateur portable qui s’est révélé être bien trop grand pour tenir sur une tablette de bus… j’ai donc essayé de le posé à côté de moi et de lire les sous-titres comme je pouvais mais (burp) j’ai vite refermé l’écran avant que quelque chose de dramatique ne se produise et… et c’est tout… j’avais déjà épuisé mes possibilités d’occupation étant donné que mon carnet et mon stylo étaient bien rangés dans ma valise en soute. J’ai donc entamé une dissertation mentale sur la question de la manifestation de l’absurde nostalgie d’un âge d’or idéalisé à travers le fait que de nombreuses personnes portent le choix de leur sonnerie de téléphone sur des imitations de sonneries d’anciens appareils à fil (type DRING DRING !) et cela m’a finalement un peu occupée puisque mon dossier qui refusait obstinément de se baisser ne me permis pas vraiment de dormir. 

Bref, au bout d’un peu plus de six heures, j’étais arrivée sur Paris et je découvrais avec stupeur que le quartier qui menait à la porte Maillot avait vu fleurir d’étranges géants tout bleus sur ses façades… Ah oui, c’est vrai… l’euro de football débute dans peu de jours… en même temps, quoi de plus logique qu’un équipement sportif grande taille à porte Maillot (muhaha… non ? Bon, sans commentaire, alors…). J’entends une femme descendue du même car que moi parler au téléphone du métro qu’elle va prendre et je me mets en tête de la suivre. Bon sang elle bien failli me perdre une ou deux fois dans les dédales du palais des congrès mais j’ai tenu bon et je serais parvenue au métro en même temps qu’elle si je ne m’étais pas fait fouillée par un agent de sécurité. Gros moment de solitude, je réalise qu’à l’intérieur de ma valise se trouve tout un assortiment de lames et de scalpels que j’avais emporté pour les ateliers de pâte polymère… Pas de panique, affichons un grand sourire et adoptons l’air un peu niais de la bouseuse perdue dans la grande ville « excusez-moi, monsieur, pendant qu’on y est vous pourriez me renseigner parce que ça fait longtemps que je ne suis pas venue à Paris et je ne sais pas si les tickets de transport sont valables pour tous le réseau ou si… » « C’est bon, madame, vous pouvez circuler » ben voilà, c’est fastoche. Allez, une ligne de métro plus loin, je retrouve mon amie chez qui j’allais passer les deux jours et cette fois parti, les choses cool commencent ! 

13327618_10154608451176494_2455125287148097702_n

Mardi 7 juin au matin : Réveil un peu (beaucoup) difficile… après un coucher un peu… disons tard (ben je ne la vois pas toutes les semaines, Amélie, figurez-vous !), je me prépare (légèrement à l’arrache) à me rendre enfin à cette journée organisée par Graine Créative.

Persuadée que j’étais de traverser 3 nouvelles journées de pluie, j’avais choisi une tenue plutôt hivernale et j’avais armé mon sac de pull, foulard et autres collants… je m’étais même dit que j’achèterais un parapluie sur place… mauvaise pioche ! Du coup, le matin même, face à la température presqu’estivale mais néanmoins menaçante, j’ai du improvisé en combinant les affaires que j’avais apportée afin de me constituer une tenue à peu près appropriée…

Le résultat de tout ça, c’est que j’ai débarqué à l’événement pas vraiment coiffée ni maquillée, les cheveux sales, dans une tenue de collégienne avec des bottines qui m’ont tenue chaud toute la journée tandis que tout le monde était incroyablement classe… j’ai tenté une timide approche vers un groupe de filles en pleine forme avec des bijoux en pâte fimo, des appareils photo et des caméras (vous pourrez d’ailleurs constater par vous-même ma triste dégaine endormie sur le vlog de cassie minie) et au bout de quelques instants, nous sommes toutes rentrées au 16/18 rue Vulpian dans le 13ème arrondissement. Et alors là, c’est parti, vas-y Marie, prends-en plein les yeux et respire bien, parce que cela sera comme ça toute la journée ! 

Derrière cette grande porte en bois d’un banal absolu se cache un labyrinthe de verdure menant à un splendide intérieur constitué de murs de pierres blanches, de planchers verrières, de terrasses improbables, de bars prêts à vous servir ce que vous voulez quand vous le voulez, le tout à la décoration design. Je vous mets ici quelques unes de mes photos mais pour se faire une meilleur idée du lieu, suivez ce lien

IMG_4853

(désolée si mes photos ne sont pas très nettes, habituellement je rencontre déjà des difficultés avec mon appareil mais là, en plus, ça n’était pas mon matériel…)

IMG_4852

s

IMG_4825

IMG_4851

IMG_4849

Autant dire qu’après le parfait accueil dont on a bénéficié, on a tous passé un peu de temps à juste se promener dans le bâtiment histoire de s’y sentir à l’aise, ce qui fut évidemment plutôt facile !

13407186_10154608451326494_5681347240689090978_n

Au rez-de-chaussée se trouve une grande salle avec tout au fond, un bar garni de mignardises et de mini-viennoiseries qu’on pouvait accompagner d’un café très agréablement servi par un mossieur en costume impeccable. (Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à regretter de ne pas m’être coiffée…). Je saisis l’occasion de me caféïner un peu les neurones et je déambule lentement dans l’espace tandis que beaucoup de gens semblent se reconnaître et se retrouver autour de moi. Devant moi une zone dédiée à un atelier est en place avec plus de machines à pâte, de pains de fimo, de lames et d’emporte-pièces que je n’avais vu rassemblés jusque-là et un peu plus loin, derrière le canapé design se trouve une vitrine entre deux tables. 

IMG_4822

IMG_4824

Les tables présentent quelques carrés 10×10 de participants au concours mais ce qui m’intrigue c’est la vitrine, donc, terminant doucement mon café en me demandant dans quel endroit je suis tombée, je m’approche. 

IMG_4823

Et bien, le moins que l’on puisse dire c’est que nos carrés sont mis à l’honneur tout en haut de cette petite tour de verre ! Mais, pourquoi il y a-t-il des créations de Karine Barrera tout en bas ? Et puis… mais… on dirait des pièces de Céline Charuau, non ?… Je me retourne, les sourcils froncés… et je comprends enfin que ma toute première journée d’atelier de ma vie va être orchestrée par des artistes que je suis depuis longtemps et dont j’aime le travail ! La troisième intervenant que je ne connaissais pas est Madame Patachou ; elle réalise des gourmandises et des miniatures de toutes sortes. 

IMG_4842

IMG_4836

IMG_4840

Bon, et bien un deuxième café ne sera pas de trop ! 

Voici à présent les espaces de travail dans lesquels nous nous sommes toutes relayées afin de réaliser chacun des  trois ateliers qui étaient proposés : 

Le niveau du rez-de-chaussée accueillait l’atelier de Céline Charuau : 

IMG_4821

IMG_4832

Voici le pendentif qui en est sorti : 

IMG_0799

IMG_0797

(Selon ma mère, il s’agit d’un travail d’amateur… pfff ! Moi j’ai ADORÉ le réaliser ! Elle n’imagine ni le travail du scalpel ni les cuissons successives ! Je sais qu’elle me lit… elle va m’enguirlander…)

L’espace du premier étage regroupait les deux autres ateliers, celui de Madame Patachou  que vous pouvez apercevoir (floue) avec son chapeau :

IMG_4826

et celui de Karine Barrera :

13346941_1109935372382858_4457162727289469787_n

Si si, je suis là ! J’ai piqué cette photo à Graine Créative et c’est bien moi la deuxième en partant de la gauche ! 

Non, vous ne rêvez pas, il y a bien un second bar au fond de cet étage, un bar à smoothie, s’il vous plait ! Accessible n’importe quand avec un autre mossieur impeccable ! 

IMG_4847

Je n’ai pas de photo du petit porte-clefs de muffins que nous a fait faire Mme Patachou car je l’ai laissé en cadeau à mon amie avant de rentrer dans le jura et je n’ai pas achevé le montage de la décoration murale imitation bois flotté de Karine Barrera mais voici tout de même un aperçu des pièces qui la compose : 

IMG_0804

Ce que j’ai préféré durant ces trois ateliers aussi différents les uns que les autres, c’est qu’ils m’ont tous fait utiliser des techniques que je n’exploite absolument jamais  : du modelage pur à l’usage de la peinture, de la fimo liquide, de la poudre pearl ex en passant par de la sculpture de pâte semi-cuite !

J’ai réalisé durant cette journée qu’en apprenant à travailler ce matériau en autodidacte depuis toujours, je me suis imaginé ma petite chimie à moi et je me suis appropriée la pâte de manière complètement instinctive. Cela m’en apprend beaucoup sur mon approche de la matière et sur ce qu’il me reste à découvrir. En fait, cette découverte m’enchante complètement ! 

Après la première séance d’atelier arriva le moment de l’apéritif et donc de la remise des prix. Je vous laisse imaginer la scène ; Marie en train de se dépêcher de terminer le pendentif de Céline Charuau (parce que QUAND MEME c’est Céline Charuau !) du talc plein la robe noire, les lunettes opaques, qui entend dans son dos que les gens se rassemblent autour d’une femme (en l’occurence, Delphine Roth, directrice de Graine Créative) qui commence un discours… Bon, je me grouille, je laisse mon bazar sur la table, je vais me poster avec les autres et j’écoute. Le vidéo de Cassie-minie dont je parlais plus haut montrera encore une fois toute mon aisance à la réception de ce superbe chèque : 

IMG_0814

Pour vous rendre compte de l’échelle du chèque en carton plume, le voici mis en situation sur des petits clichés polaroïd que l’équipe de com a eu la très bonne idée de faire et de distribuer aux lauréats : 

IMG_0821

Chacun des premiers prix des quatre catégorie en a eu un similaire : 

les_4_gagnants

(photo issu de cette page web)

Bref, l’émotion passée (je croyais) les coupes de champagne furent distribuées et les plateaux de buffet amenés… puis amenés… puis apportés encore… (je ne vous en dis pas plus, je n’ai pas envie de vous faire plus de mal que ce que je vous en ai déjà fait…)  et la journée s’est poursuivie. 

En fait, pour être parfaitement honnête, je crois que je n’avais pas vraiment compris où j’allais, qui j’allais rencontrer ni ce que j’allais  faire durant cette journée… 

Lorsque je n’ai pas un clavier sous les doigts, ma communication est beaucoup moins fluide…  voire carrément gênée par une inutile timidité. C’était  là une occasion en or d’échanger, de parler un peu de mon travail, de comprendre celui des autres, bref, de revenir avec des nouveaux contacts… je dis bien « c’était une occasion »… parce qu’évidemment, je suis montée à Paris sans une seule carte de visite, j’ai eu un mal de chien à épeler l’adresse de ce blog sans bafouillage et je suis revenue avec le nom d’une seule connaissance que j’y ai faite… un boulet pareil ça a le mérite d’âtre rare ! (Parfois, je me fouttrais des claques !) Ça n’est pas comme si je m’étais trouvée durant une journée dans le même espace que l’équipe de Graine Créative, de Polymère and Co, de Staedler, de Fimo d’autres encore et puis de youtubeuses et de blogueuses et de créatrices en tout genre ben non, c’est pas comme si ! Non non, elle est restée très discrète, Marie… très à côté de la plaque un peu quand même aussi. 

(Est-ce que je vous ai dit que ce n’est que dans l’après-midi que j’ai compris que ce concours n’a pas lieu tous les ans dans plusieurs pays mais que c’était seulement cette fois-ci et seulement en France et que j’avais carrément bien fait d’y participer ? pfff !)

Bon bref, je viens de parcourir rapidement le texte déjà rédigé ici et étant donné le nombre de « coups d’roulette » que j’ai du donner à ma souris pour parvenir à la première ligne, je réalise que cet article est immensément long… Bravo à celles et ceux qui sont arrivés jusqu’ici ! 

Il ne me reste qu’à vous dire que cette magnifique et riche journée organisée par Graine Créative m’a vraiment donné envie de sortir un peu plus de mon atelier et de rencontrer d’autres passionnés. Un grand merci à eux, donc ! 

Je suis rentrée chez moi pleine d’idées et les bras chargés (quand je vous disais que ça avait été Noël toute la journée !)

IMG_0837

Intérieur des boîtes magiques :

IMG_0844

Ça y est, cette fois, je suis parvenue à la fin de ce récit. Vous avez été courageux, il n’y pas à dire. Et pour ceux qui ont triché, je ne vous en veux pas. Ceci ne relatait que 24 h ! Imaginez un peu le roman que je vais rédiger à l’occasion du symposium de septembre !!!!!!!!!!!!!!! 

MUHAHAHAHA (rire diabolique)

Allez, merci à vous tous, tout ça c’était quand même (beaucoup) grâce à vous ! 

Prenez soin de vous et à la semaine prochaine avec un tout petit article et beaucoup de bijoux, promis !

Bises

Marie-Charlotte

PS : Ah oui, au fait… si une parure en pâte polymère vous plait vraiment et que vous êtes heureuse parce que vous l’avez portée durant une grande journée… surtout, SURTOUT ne la placez pas dans votre valise à proximité de votre fer à lisser dernièrement débranché… c’est juste un conseil, je n’ai pas le cœur de vous mettre la photo… Bises quand même…